real-estate-tag-line

Celui qui n’a pas aimé follement une fois dans sa vie

Celui qui n’a pas aimé follement une fois dans sa vie, le pauvre, restera seul jusqu’à la fin de ses jours.

Un sommeil sans rêve serait une torture, le coeur en souffrirait continuellement la vision de l’être aimé ne fait qu’attiser l’amour tapi au fond du cœur. Cauchemar serait l’indifférence ou la négligence de l’aimer(e).

Pour faire l’amour, il faut aimer! Inutile de s’étourdir dans les bras de n’importe qui…
tout est merveilleux lorsqu’on S’AIME.
Le poète est celui parmi la multitude, qui nous montre l’étoile parmi l’obscurité, Il nous dit la raison pour que notre aventure.
Nous oblige à l’amour dans sa difficulté.

Le sommeil est parfois peuplé de « cauchemars ». Le rêve est parfois un « cauchemard » et ne pas aimer comme ne pas être aimé est le pire des cauchemars.

Il s’agit de l’une plus belles phrases jamais prononcées par l’homme…
Une vie sans amour n’est plus ce que l’on peut qualifier de telle !
Magnifique et tellement juste. Le si rappelle qu’il est possible de ne pas le connaître le fameux, l’inégalable « Amour ».
Peut-on vivre sans exprimer ou recevoir de l’amour ? Comment fait-on lorsque l’on ne le connaît pas, que l’on ne l’a jamais vu ? Peut-on rêver un rêve?

Ah l’amour !
Cette citation est tellement vraie! On aimerait jamais se réveiller lorsqu’un tel rêve se déroule pour nous devant nous! En ce moment je dors plus que de raison mais j’adore ça!

Rêve à l’intérieur du rêve; l’amour doit être vécu jusque dans les plus profonds abîmes de notre âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il y a tellement d hypocrisie !

Certaines personnes nouent leurs lacets un peu plus lâches. D’autres les serrent très fort. Certains s’accommodent d’une vision du monde floue et incertaine. D’autres se concentrent sur tous les détails et évaluent chaque chose selon une mesure précise.
Le problème est que, concrètement, le monde est une grande pagaille.

Tout a commencé quand nous avons mangé de l’Arbre de la Connaissance du Bien associé au Mal : notre monde est devenu un lieu de mélange et d’amalgame. Partout où vous trouverez de la beauté, il y aura de la laideur. Vous ne trouverez pas de joie sans tristesse, ni de plaisir sans douleur. Vous ne pouvez pas inventer une chose qui offrira des avantages sans menace de dommage, ni trouver un homme sur cette terre qui fasse uniquement le bien sans faillir.

Partout où vous trouverez une forme de bien, vous trouverez une autre sorte de mal. Et là où ce mal ne résidera pas, un autre prendra sa place. Vous voulez trouver un bien pur et simple dans un seul être ? C’est quelque chose de rare.

On vit dans monde d'hypocrites. Toujours en train de se planter des poignards dans le dos, de se critiquer, et de, bizarrement, continuer à "s'entendre à merveille". On se voit tous les jours, on passe quelques minutes ensemble, on ose se demander "ça va ?", comme si ça nous intéressait vraiment. Comme si l'on en écoutait réellement la réponse. Comme si ça allait changer quelque chose à notre vie. On passe notre temps concentrés sur notre petite personne, le reste on s'en fout. On pense qu'à nous, on parle que de nous, on fait semblant de compatir avec deux-trois personnes par-ci par-là, mais au fond on n'y trouvera jamais aucun intérêt. Le monde est centré sur nous-mêmes, on en oublie ce qui nous entoure. Qu'est-ce qu'on peut être égoïstes. On tente d'être original, mais on est tous pareils.

Et le pire, c'est qu'on parvient à s'aimer ainsi.
Si l'hypocrisie est un rôle, le monde entier regorge de bons acteurs...
...

View on Facebook

...

View on Facebook