real-estate-tag-line

Le travail doit être au centre des stratégies africaines de développement.

Le travail doit être au centre des stratégies africaines de développement.

Nous pensions tous à tort que la croissance africaine réglerait tous les problèmes. Or le sous-emploi, le chômage des jeunes et les inégalités sociales persistent. La croissance doit être inclusive et durable. Certains pays ont adopté des politiques de croissance qui ont porté leurs fruits, sauf que les secteurs privilégiés n’étaient pas riches en emplois. L’urgence est de bâtir des programmes à haute intensité de main-d’œuvre et d’offrir un minimum de protection sociale aux travailleurs, formels ou informels, ainsi que des formations professionnelles. C’est ainsi que nous pourrons sortir les travailleurs de l’informalité, qui est une question très préoccupante en Afrique. Le concept de travail doit être au centre des stratégies de développement des pays africains.

bien que l’Afrique semble ne pas avoir bénéficié du processus d’industrialisation, le secteur industriel conserve un grand potentiel de croissance génératrice d’emploi, à la condition que l’Afrique développe l’industrie à forte intensité de main d’œuvre peu qualifiée : ce qui est une question intensément débattue car la nature de l’industrie évolue assez peu dans ce sens, de par le monde… mais je reste convaincue que c’est ainsi que le secteur secondaire peut générer de nombreux emplois pour la jeunesse.

Il faut avoir l’audace de toujours remettre en cause les politiques de l’emploi, de les mettre en exécution en fonction des avantages comparatifs de chaque pays et de placer les jeunes au devant de la scène.

le developpement passe par la jeunesse

Jean Marc Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 hours ago

Jean Marc Henry

Mais s’il vous restait peu de temps à vivre, que feriez-vous ?

Pleurer a toujours été pour moi un moyen de sortir les choses profondément enfouies. Quand j'écris, je pleure souvent.
Pleurer, c’est ressentir, c’est être humain.

Elle soulève des réflexions propres à chacun, notamment : qu’est-ce qui est le plus important pour vous ?

Si aujourd’hui, en dehors de tout contexte de temps à vivre, je vous posais la question, vous répondriez quelque chose comme : ma carrière, voyager, ma famille, m’éclater, etc… Mais s’il ne vous restait que quelques jours à vivre, quelle serait alors votre priorité principale ?
Que feriez-vous que vous n’avez pas pris le temps de faire avant ?
Vous vous rendrez compte que la réponse que vous allez donner à ces questions n’est pas forcément en adéquation avec votre vie actuelle.
Il y a ceux qui choisiront de passer tout ce temps avec leur famille, alors que jusqu’aujourd’hui, ils les voyaient rarement car trop occupés par leur travail. Il y a ceux qui voudront faire la fête alors qu’aujourd’hui, ils vivent dans un schéma métro-boulot-dodo depuis des années, et leur vie n’a rien de palpitant. Il y a ceux qui voudront se sentir aimés, mais qui jusqu’à présent, ne se souciaient guère des autres. Il y a ceux qui diront « je t’aime » à leur femme car ils n’avaient jamais osé lui dire…

La contrainte impose une remise en question.
Ce que j’essaie de vous expliquer, c’est qu’il y a des choses qui sont importantes pour vous et que vous délaissez. Vous direz « mes parents sont importants » mais vous les appelez ou les voyez rarement.
Vous dites que vous aimez votre femme et vos enfants mais vous n’êtes jamais à la maison.
C’est le jour où il vous restera que quelques jours à vivre que vous vous rendrez compte de cette situation et que vous voudrez rattraper le temps perdu. Mais il sera trop tard.

Pourquoi ne pas dès aujourd’hui accorder votre temps en fonction de ce qui est important pour vous? Soyez cohérents avec vos priorités. Si vous aimez votre famille, passez du temps avec eux. Si vous voulez faire la fête, trouvez-vous des amis et allez faire la fête plutôt que rester devant votre petit écran. Si vous rêvez de voyager, n’attendez pas votre retraite pour le faire.
Faites-le maintenant. Ne repoussez pas ce moment car vous le regretterez, quand vous n’aurez plus le temps ou quand vous ne pourrez plus le faire.
Pour cela, rien de plus simple. Posez-vous la question : « que feriez-vous si vous n’aviez que peu de temps à vivre ? ». Et appliquez votre réponse dès aujourd’hui ! Il n’y a pas de mauvais choix

Certaines personnes pensent qu’il faut s’éclater car la vie est courte : sauter en parachute, escalader l’Everest, voyager dans le monde entier faire les plus grandes folies… Mais le bonheur n’est pas forcément ailleurs.
A quoi bon voyager à l’autre bout du monde si votre cœur et vos pensées sont ici, près des personnes que vous aimez. Le bonheur est aussi fait de petites choses du quotidien des choses simples de la vie.
Profiter à fond de la vie ou profiter des choses simples ? Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaise décision. Ce sont des perceptions complémentaires qui changent selon nos étapes de vie.

"La vie est courte, et c'est péché que de perdre son temps."
Jean Marc Henry
...

View on Facebook

5 days ago

Jean Marc Henry

Ne te préoccupe pas de ce que les autres pensent de toi.
Crois en toi, va de l’avant, ose.

La vérité, c'est que tout le monde te fera du mal un jour ou l'autre.

S’affirmer, c’est se respecter et être en accord avec soi, avec ce que nous sommes et l’assumer, quelles que soient les circonstances et le regard qui nous est porté.

De toute façon, quoi que nous fassions, nous ne pouvons empêcher d’être soumis aux jugements et à la critique, alors autant se laisser aller à être soi en acceptant le risque de déplaire.

Rappelle-toi, le plus grand échec est de n’avoir jamais essayé.
Tu seras peut-être déçue si tu échoues, mais tu seras vouée à l’échec si tu n’essayes pas, car l'échec n’est pas le contraire de la réussite, il fait partie intégrante du processus de la réussite !

Rien n’est figé, tout a une durée. Les évènements et les émotions sont éphémères, ils vont et viennent, ils ne sont pas permanents. Ils n’affectent pas notre vie entière, mais juste une période ou un moment de notre vie. Qu’ils soient bons ou mauvais, ils auront forcément une fin. Alors profite de chaque instant et ne perds jamais confiance en toi.

À quoi sert de faire semblant, car avec le temps, on redevient ce que l'on est.
T'auras beau essayer de fuir, essayer de courir, ta nature va te rattraper.
Osons-nous à la vie et faisons qu’elle soit belle.
Assumons ce que nous sommes, laissons-nous aller.
À n’être que nous-mêmes, et pas un modèle.

Le vrai fort, c’est celui qui ne renonce jamais à ce qu’il croit.
...

View on Facebook